Reprise des séances en rouge et en Pinot Noir. Cépage rendu inaccessible dans ses meilleures versions bourguignonne à l’amateur débutant et modeste. A l’aveugle, est-ce que l’on peut se faire plaisir avec du Pinot Noir quand on ne connait pas son origine ni son prix ?

Tentative de réponse avec six cuvées françaises, sans piège exotique en restant dans les contrées fraiches de l’hexagone qui ont toujours faits du Pinot.

Les cuvées ont été dégustées dans un ordre aléatoire et cachées dans leurs chaussettes. A l’aveugle, même pour l’organisateur qui avait ramené les bouteilles.

Les six vins dans l’ordre de la dégustation des 12 participants de la séance:


Vin#1 – France, Bourgogne – Côte Chalonnaise, Famille Devillard, Domaine de la Ferté, Givry Premier Cru Clos Servoisine 2009
acheté au domaine 20€

Pinot Noir

 
Ce que les dégustateurs en ont pensé:
Couleur foncée. Nez “pinote”: sans pouvoir décomposer vraiment leur impression, ceux qui ont déjà apprécié un Pinot reconnaisse dans ce nez tout ce qui les avait marqué. De la puissance (larmes très rouges), de la fraise, herbacé pour certains. Boisé.
Bouche, l’acidité peut être gênante ou pas. Râpeux et astringent.
Note moyenne de 12,9. La troisième marche du podium de la dégustation, mais dans le groupe statistique des 4 premiers.
image

 


Vin#2 – France, Bourgogne – Côtes de Nuits, Domaine Robert Chevillon, Nuits Saint Georges Premier Cru les Roncières 2011
acheté au domaine 33€

  Pinot Noir
image Ce que les dégustateurs en ont pensé.
Couleur plus claire et nuances orangées trahissent l'âge.
Nez fondu. Cerise dans sa version à l’eau de vie, du cuir. Poivre. Les notes d’évolution sont aussi au nez.
Bouche poivre, subtile. Ronde et équilibré. Des notes de roses fanés. Le vin divise: vin dilué, fluide, passé pour ceux qui n’ont pas aimé. Pour ceux qui aiment, c’est tout le charme du Pinot à maturité.
Note moyenne de 13,2. Le deuxième (toujours dans le groupe statistique des 4 premiers).

Vin#3 –France, Loire, Domaine François Crochet, Sancerre 2015
acheté au domaine 14,5€

Pinot Noir  
Ce que les dégustateurs en ont pensé:
Couleur identique au Vin#1. Moins limpide, moins brillant.
Nez pinote moins que le Vin#1. Des agrumes, de l’oseille et surtout beaucoup de fleurs (lys, réséda, pivoine, lilas). Du fruit croquant. Un peu de bois.
Attaque agréable. Un peu léger un bouche comparé au nez. Finale un peu amère.
Note moyenne de 13,8. La meilleure moyenne de la séance. Le vin qui nous aura divisé le moins, le meilleur ambassadeur du Pinot.
image

Vin#4 – France, Bourogogne, IGP Coteaux du Tannay, Pierre Hervé, « Entre mes Mains » 2015
acheté au salon des vins bio de Montreuil 13€ 

  Pinot Noir
image Ce que les dégustateurs en ont pensé.
Belle couleur.
Nez plat
.
Bouche attaque acide. Du bonbon à la violette. De la cerse des bonbons crémats. Fugace.
Un vin de soif.
Note moyenne de 9,8. L’avant-dernierde notre dégustation. Significativement moins apprécié que les 4 mieux notés. Comparé au meilleur de la séance, même macro-région (Loire) avec des parcelles à une heure de voiture l’une de l’autre, même millésime plutôt favorable.

Vin#5 – France, Loire, IGP Pays du Puy de Dôme, Domaine du Clos de la Sarre, Jean-Pierre Prugnard, Pinot Noir 2015
acheté sur l’aire des Volcans d’Auvergne 7,90€


Pinot Noir
 
Ce que les dégustateurs en ont pensé:.
Couleur claire, limpide, un soupçon orangé.
Nez pinote. Jus de viande, cerise. Agréablement léger. Un peu de sureau.
Bouche sur la fumée. De la mâche.
Note moyenne: 12,4. En quatrième position. Moins consensuel.
image

Vin#6 – France, Bourgogne – Côtes de Beaune, Julien Altaber, Sextant, Bourgogne « La Fleur de Verre » 2016
acheté en caviste “nature” Paris 20€

  Pinot Noir
image Ce que les dégustateurs en ont pensé.
Couleur étonnamment transparente même pour un Pinot.
Au nez, une grande expérience pour nos dégustateurs: odeur fécale, d’évier croupi et d’œuf pourri. Certains ne peuvent s’empêcher de sortir des cris de dégouts. Psychologiquement très difficile pour beaucoup à mettre en bouche.
Sec. Finale un peu sucrée.
Note moyenne de 4,2. Depuis que nous faisons déguster des vins, c’est la première fois que nous tombons sur un vin aussi horrible, même pour les candides qui ne connaissent rien au débat sur les vins “nature”. Significativement plus mauvais que les 5 vins de la séance, mais certainement de tous les vins que nous avons goutés.


Le Coin du statisticien.

Les deux vins les plus appréciés (Vin #1 et #3) sont bien groupés. Pourtant deux profils différents entre la puissance du vin de Robert Vernizeau, le vinificateur de la famille Devillard, et la fraicheur de la bouteille de François Crochet. Le vin #4 est trop inexpressif pour séparer les notateurs.image

Une autre représentation de la dispersion d’appréciation des vins ferait ressortir l’axe 1 le plus représentatif un gradient entre les vins extrêmement nature à gauche (Vin#6) puis bio insoumis de Montreuil (Vin#4) contre les vins conventionnels à droite. Mais le vin#3 de François Crochet contredit cette approche avec son passage en bio. L’axe 2 avec les notes d’évolution caractéristique du Vin#2 et la matière concentrée et boisée du Vin#1 l’opposition entre les amateurs de rose fanée et de la fraise bien mure.

image